💿 RCQDRab – les albums du mois de mai 2020


Sameer Ahmad – Un Amour SuprĂŞme : Ezekiel EP

Pour ceux qui auraient l’amabilité de nous lire/écouter régulièrement, il n’aura échappé à personne qu’un nouveau projet de Sameer Ahmad est toujours un évènement chez RCQDR. Celui-ci n’échappe donc pas à la règle, c’est avec un plaisir certain que nous avons accueilli la sortie d’Ezekiel, deuxième partie du dyptique “Un amour suprême” dont le premier chapitre “Jovontae” était sorti il y a déjà 3 ans.
3 ans durant lesquels le montpelliérain a sorti Apaches, a rencontré Hector de la Vallée (qui signe les magnifiques visuels de l’album sus-nommé et des deux projets Un Amour Suprême) et a continué son chemin cinématographico-rapologique pour incarner le personnage d’Ezekiel sur les sept morceaux/mèches courtes qui composent ce EP.Car Un Amour Suprême c’est deux personnages incarnés par le même acteur, à l’instar de James Franco dans The Deuce, Mike Myers dans Austin Powers ou Christian Clavier dans les Visiteurs. Sameer joue ici le rôle d’Ezekiel, électron libre et désinvolte. Là où Jovontae, son frère d’une autre mère, est plus chill et calme, Zeki lui aime l’insolence et la jouissance de l’instant présent quitte à ce que la vie soit plus courte, avec pour preuve les 16 petites minutes qui composent ce projet. Rapide mais intense.
Comme nous l’avions déjà mentionné, lors de précédentes chroniques, l’avantage considérable de Sameer Ahmad est que les portes restent toujours ouvertes, quelque soit la complexité de ses sorties. En effet, rien ne vous empêchera d’apprécier Ezekiel comme un bon disque du montpelliérain même si vous ne goûtez pas ou peu aux prises de positions cinématographique du rappeur. Les morceaux peuvent se suffisent en eux-mêmes, le rappeur enchaîne les images en forme de punch et les références au cinéma dans son style désormais caractéristique, libre ensuite à l’auditeur d’y ajouter le prisme qu’il veut.
Mention spéciale également au meilleur second rôle du film, LK de l’Hôtel Moscou (qui vient de sortir un excellent EP en compagnie de Frencizzle) incarne le personnage de Spacey Toney, compagnon de ride et d’engrainage le temps d’un morceau, juste avant la conclusion en apothéose planante de la septième mèche courte, dont la prod fait un étonnant écho aquatique au morceau H2O qui termine l’album Apaches.
Pour le reste, Un Amour SuprĂŞme nique la musique de France.

Ezekiel EP est disponible ici.

Greg


Lochfi – Braddock

S’il était écrit que 2020 devait voir le retour en trombe de Lalcko avec l’album B.A.G.S, on ignorait que cette année allait également être un nouveau départ pour le label César Charp. Avant tout prétexte à abriter les sorties d’El Commandante, la structure sort elle aussi de son hibernation et compte bien se diversifier et instaurer une nouvelle dynamique en accueillant les projets d’autres artistes !
Le premier d’entre eux n’est autre que Lochfi, rappeur d’origine congolaise passé par Villepinte et résidant actuellement à Nantes. Les plus attentifs l’auront découvert sur youtube avec la série de freestyle #CLRCLV pour “C’est La Rue C’est La Vraie” !
Premier constat à l’écoute de la mixtape “Braddock”: le rappeur a un style percutant, très imagé, basé sur la débauche d’énergie, et si cette tape a été conçue pour l’après confinement et l’appel du dehors, elle se mariera très bien avec vos retrouvailles avec l’asphalte hurlante, le périphérique, les grands espaces et la route dégagée à perte de vue. “Braddock” est un mouvement (et pas seulement un coup de pied dans la gueule), régulier, sans prise de tête, on roule on rôde, on attend juste le son d’après, le flow d’après, l’instru rafraîchissante d’après, le gimmick qui succèdera à la topline du morceau entertainant… et l’écoute en boucle s’impose d’elle même. Ce projet vient combler, le temps d’un moment, le manque d’originalité des projets mainstream et ça fait un bien fou. On attend donc dorénavant des nouvelles régulières de César Charp & de Lochfi.

Le projet arrive sur toutes les plateformes en version quelque peu différente bientôt, en attendant vous le trouverez ici.

Élittle John


Sopico – Ă‹pisode 0

L’odyssée du tréma suit son cours. Deux ans après la sortie de son album YË, le MC du XVIIIe arrondissement a fait partie du contingent de rappeurs qui ont profité du confinement pour offrir des surprises à leurs fans.
Un EP 6 titres qui s’inscrit dans la lignée des propositions artistiques de Sopico : guitare, style aérien, spleen et thématique de l’évasion. Un atterrissage en douceur donc pour celui qui, malgré sa discrétion ces deux dernières années n’a pas pour autant arrêter de charbonner, allant même jusqu’à pousser les portes de Netflix et s’offrir quelques apparitions sur le petit écran.
Une productivité dans l’ombre qui souligne un autre aspect du rappeur : la détermination.

« Branche la guitare, j’fais un point avec moi-mĂŞme […]
Maintenant qu’j’y suis, j’vais y rester pour de bon »

Cette alternance de moods tantôt lunaires, tantôt très déterminés (qui se ressent notamment sur l’enchaînement “Atterrir” / “D’où je viens”) donne un relief et une consistance qui rendent cet Ëpisode 0 plein, solide et cohérent. Les titres s’enchaînent facilement et on note à l’écoute que Sopico se livre beaucoup plu, en explorant en profondeur les thèmes de ses morceaux (notamment l’amour) là où il restait un peu plus en surface auparavant. Le rappeur aura donc mis à profit ses deux années de silence pour mûrir et affiner son style.
En attendant le probable album que ce EP pourrait annoncer, profitons donc de ce que le rap français nous a fourni de mieux ces dernières années : les petits formats.

Ă‹pisode 0 est disponible ici.

Greg


Loso – Sur la rive 2

Anciennement M24 des Makizars, groupe de rap du début des années 2000, 20 ans de carrière au compteur, un déménagement à Paris, un changement de blaze et une nouvelle structure plus tard, Loso semble avoir retrouvé l’appétit et la volonté de propager son message. À tel point que c’est déjà le 6e projet sous ce nom en quelques années.
À la vue de la cover et des premières lines du morceau introductif, on comprend tout de suite la portée de ce titre, de ce projet, de son inscription à la fois dans l’histoire sombre de ce monde et dans l’histoire du rap français. Un exercice de style un peu tombé en désuétude : faire un texte en citant une multitude de projets rap iconiques. D’Ärsenik à KDD en passant par Shurik’n, Lunatic et tellement d’autres, le tout au service d’un texte engagé, constat d’un monde à la dérive qui ne tourne pas rond, qui n’a jamais tourné rond et qui laisse sur la rive la majorité d’entre nous.

“Hier, aujourd’hui, demain”

Loso dénonce le monde d’hier, celui d’aujourd’hui, celui de demain, autant de vies brisées et rappelle à qui veut l’entendre que les cicatrices du passé n’en sont que trop douloureuses. La France y tient un rôle principal, il était une fois une princesse endormie… Marianne et son passé esclavagiste, colonialiste, que le présent irrespirable, n’a rien de joyeux et que, de part le fait, le futur n’est guère enchanteur.
Ce monde qui continue d’avancer encore et toujours car “chacun ses blempro”.
Un monde d’avenir sans lendemain.
En somme, Le combat continue et continuera.
Cet EP 6 titres trouve malgré tout son équilibre avec des titres plus légers qui oscillent entre voyage au bled et relations amoureuses, avec des flows et des instrus variées qui permettent de constater l’aisance du rappeur sur tous types de surfaces.
Ne commettons plus l’erreur de passer à côté de Loso !

Sur la rive 2 est disponible ici.

Élie


« Y’en a un peu plus, j’vous le mets quand mĂŞme ? Â»

Ce mois-ci on vous rajoute des projets au moins aussi importants que ceux chroniqués plus haut.
Pour commencer, les albums instrumentaux c’est pas spĂ©cialement notre came, mais clairement ne pas parler du « Recueil d’Instrumentales pour Rappeur ConfinĂ© (c’est mieux que vos types beats Ă  la con) » sorti par l’un des meilleurs beatmakers français du moment, Ă  savoir Dela, ça serait criminel.
Ensuite, n’en dĂ©plaise Ă  la tradition millĂ©naire des vol.1 laissĂ©s sans suite, les bordelais Sale & Clean ont envoyĂ© un excellent Volume 2 contenant notamment un featuring avec Eloquence, excusez du peu !


Il a promis d’arrĂŞter les gifs Ă  contenu inappropriĂ©, en revanche la Premier League Ă  repris, et donc ses commentaires d’Arsenal aussi. Ce qui n’est pas beaucoup plus « Safe for work », Élie est sur twitter : @SoldatSansJoie

Premier League toujours mais beaucoup plus consensuel puisque son équipe devrait, sauf cataclysme, remporter le trophée, Greg est sur Twitter également : @BigCountryRicer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *