💿 RCQDRab – les albums du mois de Mars 2020

Au menu ce mois-ci…

Infinit’ – Ma vie est un film II

“Point faible : trop fort”. Rares sont ceux qui pourraient prétendre au premier degré être en adéquation avec ce poncif twitterien devenu une blague systématique dès sa sortie. Pourtant, difficile de faire un autre constat dès les premiers morceaux de “Ma vie est un film II” : Infinit’ est fort, trop fort. Alors, que rajouter à ça?

Tout d’abord, que le niçois affiche un niveau de rap incroyable et probablement à la pointe de ce qu’il est possible de proposer dans une musique désormais quarantenaire.
Qu’en plus de proposer les morceaux attendus (Programme ou Cigarette 2 Haine), Infinit’ tente des choses. Nouveaux flows, contrepieds, le rappeur nous emmène dans ses expérimentations musicales, dont le très bon enchaînement “On se connait pas” (feat. Gros Mo) et “Téléscope”.
Ensuite que d’amener Ă  un niveau national cette Ă©cole du 06, Veust en tĂŞte, ne peut qu’être bĂ©nĂ©fique pour eux comme pour le public. (J’en profite pour vous inviter Ă  aller Ă©couter “Les saisons de Veust”, dont on espère l’arrivĂ©e du chapitre Ă©tĂ© pour bientĂ´t).
Enfin, si Infinit’ est désormais lancé dans le grand bain, il semble en plus disposer d’une marge de progression confortable pour monter (et son public avec) dans des sphères rapologiques rarement égalées.
Mais avant d’en arriver aux futures attentes, il est des choses que l’on ne répétera jamais assez : prenons le temps de faire vivre les albums. Et laissons Inf’ faire son chemin, nul doute que le sillon Don Dada le mènera loin, en tout cas on lui souhaite.

Ma vie est un film II est disponible ici.

Greg


DJ Duke X Oxmo Puccino

DJ et membre du lĂ©gendaire crew ASSASSIN, DJ Duke est Ă©galement producteur et activiste de longue date. S’il a toujours principalement Ă©tĂ© le deejay d’Assassin sur scène et en studio, il a Ă©galement produit de nombreux morceaux pour le groupe ou les solos de Rockin’ Squat, ainsi que d’autres membres du crew tels que Pyroman ou Profecy dont il a sorti l’album “Le cri des briques” sur son propre label Street Trash Records en 2003.
Hors de son cercle, on peut retrouver DJ Duke sur différents projets d’artistes aux univers multiples, comme lorsqu’en 2002, il réalise l’intro de l’album de L’armée des 12 “Cadavre exquis”. L’année suivante sur “Le cactus de Sibérie” d’Oxmo Puccino, il signe l’émouvant “Toucher l’horizon” (sur une merveille de voix pitchée dans laquelle Oxmo transcende sa poésie).
En 2006, “Des gens revisitent la Caution” et DJ Duke s’est attelĂ© pour l’occasion Ă  cet exercice dĂ©licat avec brio sur “Ligne de mire” et “Glamour sur le globe”.
Pour conclure en beauté cette courte sélection, vous pouvez écouter la rencontre au sommet entre le C-Sen, Dabaaz & Flynt pour les 5 ans de Tracklist magazine avec “Fallait pas confondre”.

Depuis 2014, Duke semble se focaliser sur son label Street Trash Records avec lequel il a lancé un concept depuis 2 ans : 2 titres avec un rappeur différent à chaque fois, un peu dans l’idée de la série Craft 45T d’Alchemist (même si pour l’instant il s’agirait plutôt de “légendes” que de rappeurs lambdas).
Kit de drums samplés, grosses basses, boucles entêtantes, grain du vinyle, la recette est simple mais reste un succès à chaque fois renouvelé. Le tout pressé sur un 45T édition limitée dont l’univers visuel a été laissé à la créativité sans limite du tatoueur Nicolas Gumo (@ugly_kid_gumo sur instagram) et qui s’était déjà illustré en réalisant la pochette du projet commun “Guérilla” de Swift Guad & Raw Saitama sorti en 2019 (dont on vous parlait ici).
En deux ans ce sont donc trois collaborations qui voient le jour : Akhenaton, Nikkfurie, et le dernier en date Oxmo Puccino (j’avais dit légendes hein).
Si les deux premières sorties avaient impressionné de par l’alchimie entre rappeur/beatmaker, ainsi que le sérieux du rendu le long de trois solides couplets, la dernière m’a littéralement coupé le souffle. Le morceau “Rue du crime” notamment ressuscite un Oxmo que je pensais à tout jamais disparu. À sa recette habituelle, Duke ajoute de nombreux extraits du film “Fresh”, et on y est, l’immersion est totale, on la voit cette rue du crime !

La discographie de DJ Duke est disponible ici.

Élie


Kekra – Freebase, vol. 04

Le voilà, le morceau du mois, voire du trimestre, voire du [Insérer une notion calendaire].
“Putain de salaire” est le single annonciateur de Freebase, vol. 04 le dixième projet de Kekra. D’abord envoyé en audio, puis en clip, c’est avec un morceau surpuissant que le rappeur de Courbevoie effectue un “retour” (son dernier projet ayant moins d’un an) plus que fracassant. Flow hyper entraînant, adlibs autotunés et refrain extrêmement addictif, la recette est maîtrisée pour un résultat encore une fois très efficace.
Pourtant, on ressent un léger sentiment de frustration à la fin de l’écoute de Freebase, vol. 04. En effet, force est de constater que le reste des titres (hormis “Dubaï”) peine à se hisser au niveau du premier extrait, principalement au niveau des textes. En somme l’équivalent d’une saison de Mezut Özil, pas toujours flamboyant mais dont personne ne peut remettre en cause un talent indéniable.

Ceci étant dit, ayons l’honnêteté de constater que Kekra a un statut particulier, son apport au paysage rapologique et son potentiel énorme ont généré une attente extrêmement forte chez ses auditeurs. Partant de ce constat, il apparaît difficile pour lui de tout combler. D’autant que, ces chiffres de ventes allant croissants, nul doute que la direction artistique prise depuis la fin du cycle Vréel, plus axée sur le visuel et l’univers global du rappeur, tend à nous faire mentir. Et si Vréalité, son précédent album, avait légèrement déçu à sa sortie, il faut reconnaître que le projet vieillit plutôt bien et qu’on y retourne agréablement.
Mais rassurez-vous, malgré toutes ces nuances le produit reste qualitatif, le merchandising, les clips, le visuel, bref le travail de Kekra est comme toujours soigné et mérite largement votre attention. En espérant pouvoir l’écouter tout l’été, à l’extérieur, en hurlant des adlib à travers nos masques.

Freebase, vol. 04 est disponible ici.

Greg


Inspire – Appel manquĂ©

“24e appel manqué, laisse moi, c’est plus la peine d’entrer”

Étant issu d’une des écoles les plus prestigieuses du rap français, le 18e arrondissement de Paris, et faisant parti de la 75e session à l’instar de Népal 🙏, Sopico, Limsa d’aulnay ou Sheldon, “Inspire” ne pouvait que proposer un style exigeant.
Exigeant sur le fond, léger dans la forme, son rap est un savant mélange de kick, d’autotune, de poésie, de vérité tantôt crue tantôt enjolivée, et surtout musicalement dans l’air du temps au vu des prods et autres gimmicks entêtants présents dans l’EP Dojo Héritage.

“Inspire” synthétise son univers propre à la perfection dans cet EP 10 titres produit par Yung coeur, et épaulé à l’occasion en featuring par M le maudit ou Zoonard. Il y explore toutes les déclinaisons possibles du thème “Amours et appels manqués”, ne se retenant pas à l’occasion de distiller quelques références à Matrix ou au rap français (achetant ainsi sa présence dans cet article au vu de l’aspect corruptible de son rédacteur).
On attend vite de ses nouvelles prochainement pour faire fructifier les bases déjà très prometteuses de cet “appel manqué”.

Appel manqué est disponible ici.

Élie


CatĂ©gorie : « Y’en a un peu plus, je vous le mets quand mĂŞme ? »

Vous vous doutez bien que si on pouvait on chroniquerait l’intĂ©gralitĂ© de ce qui nous a plu le mois dernier mais que voulez-vous, la vie est une pute bĂŞte sans but.
Du coup, on vous rajoute ici les projets qu’on a beaucoup aimĂ© mais qu’on a malheureusement pas eu le temps de chroniquer (pour toute rĂ©clamation, adressez-vous Ă  Nintendo et EA Sports), au menu ce mois-ci : Ausgang, A2H et VII, soit un nouveau projet de Casey, une session Unplugged de la future plus grande rockstar française et le dernier album d’un des rappeurs les plus iconiques de l’hexagone. Bonne Ă©coute!


Élie n’a pas Ă©crit la comparaison Ă  Mezut Ă–zil prĂ©sente dans ce article mais continue de souffrir pour Arsenal sur Twitter : @SoldatSansJoie

Greg a Ă©crit la comparaison Ă  Mezut Ă–zil prĂ©sente dans ce article alors qu’il est fan de Steven Gerrard et Nicolas Pallois, ce qui n’a pas beaucoup plus de rapport : @BigCountryRicer

Pour conserver un semblant de sĂ©rieux et une vague crĂ©dibilitĂ©, on a des comptes Twitter, Facebook et Instagram, n’hĂ©sitez pas Ă  nous rejoindre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *