[Chronique album] Eloquence & Joe Lucazz – L’enfer ou l’eau chaude

© Antoine Ott

À force d’écouter certains artistes, un réflexe humain est de penser qu’on fait partie du cercle de proches, qu’on les connaît personnellement voire qu’on peut se permettre de leur taper sur l’épaule. Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, j’ai tellement l’impression de savoir qui est Joe que je me suis permis d’écrire une chronique… en retard.

Il faut dire que l’intéressé est coutumier du fait, et que L’enfer ou l’eau chaude n’a pas échappé à la règle. Annoncé depuis quelques temps, le projet en duo avec Éloquence se présentait comme plus qu’alléchant, tant l’idée de réunir les deux rappeurs apparaissait comme évidente dès le départ. Et comme à chaque fois avec Joe, il a fallu s’armer de patience avant d’avoir enfin le bébé entre les oreilles. Et comme à chaque fois avec Joe, après les quelques grommellements habituels d’impatience viennent les critiques dithyrambiques.
Car L’enfer ou l’eau chaude est une réussite. Court, impactant, redoutablement efficace, le duo se complète à merveille et nous livre une prestation de très haute volée.

« Un mélange de tension, de nonchalance et de détermination extrêmement bien dosé »

Pochette

L’entrée du projet annonce directement la couleur, les deux MC’s ne sont pas là pour faire semblant. Sur une prod lancinante et mécanique, le titre éponyme est un mélange de tension, de nonchalance et de détermination extrêmement bien dosé, quand Eloquence est plus calme, Joe revient plus tendu juste après comme une claque sur l’arrière du crâne t’intimant de rester concentré. Et vice-versa.
En fait, tout ce projet est un numéro d’équilibriste livré à deux entre des thèmes aussi variés que les instrus et les feat. Du piano avec Bouga, au chill magnifié par la prod incroyable de DJ Shean sur la tuerie “Netflix”, en passant par la sur-tension qui nous rendra fou sur “À propos d’ça”, tout se tient, tout coule, tout passe.

Malgré un nombre important de featuring (5 sur 9), Joe et Eloquence ont réussi à créer une identité propre à leur duo qui fonctionne parfaitement sur ce 9 titres. Comme deux versions nuancées d’un catalogue d’émotions et d’attitude très proches, à commencer par la nonchalance qui caractérise chacun des deux rappeurs et qui pourtant s’exprime différemment tout au long du projet.

Il n’en fallait pas plus pour vous enjoindre d’aller streamer cet algorithme qui, définitivement, méritait qu’on en parle. Car là est le seul bémol de ce projet, il ne connait pour l’instant qu’un succès trop confidentiel par rapport à la qualité du produit, et, conséquence probablement directe, pas de clips et pas de sortie physique pour l’instant.

Il ne tient donc qu’à vous (et nous) de continuer à faire grimper les stats. Bonne écoute !

[RAPPEL : Si vous êtes sur ce site et que vous ne savez pas qui est Joe Lucazz, la réponse à toutes vos questions se trouve ici :

Greg parle sur twitter parce que c’est gratuit : @BigCountryRicer

L’équipe au complet est ici : @RCQDR
Sur
instagram et facebook aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *